Budget : connaissez-vous le secret pour avoir des finances en or?

Nous vivons une époque très difficile et pas simplement dans le contexte très particulier de la crise sanitaire liée au Coronavirus. Le budget des ménages est mis à rude épreuve. Beaucoup de gens sombrent dans la pauvreté ou surnagent dans une vie médiocre avec juste de quoi payer leurs factures et sans pouvoir avoir une vie épanouissante…

Je voudrais vous dire que ce n’est absolument pas une fatalité ! Oui, il est possible d’inverser cette situation et que vous aussi, vous puissiez gagner tout l’argent que vous voulez pour mener le style de vie auquel vous aspirez.

2 situations très différentes mais les mêmes chances et paramètres au départ

Prenez deux personnes, Alexandre et Denis, qui ont le même niveau de revenus (1700€/mois) l’une connaît des fins de mois très difficiles tandi que l’autre, réussi à mettre suffisament d’argent de côté pour mener à bien ses projets. En plus, ils ont à peu près le même train de vie, donc il ne devrait pas y avoir de différences… et pourtant !

Alexandre est à découvert dès le 15 du mois tandis que Denis réussi à finir le mois avec de l’argent en solde sur son compte et il met de l’argent de côté chaque mois…comment est-ce que fait Denis pour réaliser cet exploit me direz-vous? Eh bien, il n’y a basolument aucune formule magique la-dedans !

Evidemment, il y’a des chances pour qu’Alexandre soit un peu « flambeur » avec l’argent ou bien tout simplement qu’il ne sache pas tenir un budget. Dans ce cas, je ne saurai trop lui conseiller de lire mon article Gérer son budget: la technique des 6 comptes

Les mensonges de la société

travailler plus pour gagner plus : le grand mensonge !

Eh puis il faut bien avouer qu’en France, ni l’école, ni les médias, ni nos parents ne nous apprennent à gérer un budget. A l’Ecole, on nous apprend les guerres napoléoniennes, la Révolution française, les équation du second degré à deux inconnues etc. Mais un truc aussi essentiel que de savoir tenir et gérer un budget…que nenni !

Faut-t’il s’étonner ensuite qu’autant de Français ne sachent pas gérer leur budget et soient en situation de surendettement?

Pire : les responsables politiques et la société nous racontent des fariboles du genre : « Travailler plus pour gagner plus » S’ils suffisait de travailler beaucoup pour s’enrichir, ça se saurait ! Croyez-vous vraiment que c’est en travaillant que les milliardaires accumulent leur fortune?

En réalité, c’est grâce à leur patrimoine et à leurs actifs financiers et certainement pas parce qu’ils gagnent un gros salaire ! Aucun salarié ne peut devenir millionnaire ou milliardaire en comptant uniquement sur les revenus du travail

l’esclavagisme moderne

Vous en avez certainement ras-le-bol de vous lever chaque matin du lundi, au vendredi, parfois le samedi, pour prendre les transports en commun ou vous retrouver dans les bouchons pour aller gagner la « pitence » que veut bien vous payer votre employeur. En France, la moitié de la population active vit avec moins de 1700€/mois.

Si vous vivez en Région parisienne, ou dans une grande agglomération, en Savoie ou sur la Côte d’Azur, cette somme est quasiment toujours insuffisante pour vivre correctement, à cause du prix de l’immobilier prohibitif dans ces zones. Sans compter la fiscalité punitive à la française…

Depuis le début des années 2000, vous avez la possibilité avec l’avènement des nouvelles technologies de gagner plus sans travailler plus mais plutôt…en travaillant moins et plus intelligemment ! Vous devez chercher à développer des sources de revenus passifs.
Je vous conseille à ce propos de relire mon article sur l’opportunité Petron Pay

Parvenir à épargner même avec un petit salaire

Epargner même pour les sans dents…

Sachez tout d’abord que le fait de gagner un petit salaire n’est absolument pas un frein pour pouvoir économiser sans se priver. Vous n’aurez peut-être pas la même capacité d’épargne qu’une personne disposant de revenus confortables, mais c’est tout-à-fait possible et je vais vous donner une méthode pour y parvenir.

Si toutefois vous avez des dettes à rembourser, réglez d’abord vos dettes avant d’appliquer cette méthode, car il ne vous servirait à rien de s’évertuer à remplir un tonneau percé de trous…

Si vous gagnez une somme proche du SMIC, en tout cas inférieure à 1500€ net, vous savez déjà que vos rentrées d’argent étant limitées, vous ne pouvez pas faire chauffer la carte bleue n’est-ce pas… Donc, psychologiquement, vous avez un avantage sur les personnes qui disposent de revenus confortables et ne savent pas se contrôler question dépenses.

Faire son budget

La première chose que vous devez faire, bien entendu, c’est de lister vos différentes rentrées d’argent et vos dépenses du mois. Pour la liste des revenus, en général, c’est assez rapide parce qu’ils sont bien moins nombreux que les dépenses. Ce sont peut-être votre salaire, une allocation de la CAF ou de Pôle-emploi, une pension de retraite etc.
Puis, attaquez-vous aux dépenses.

Listez donc toutes vos dépenses en les catégorisant en :

  • Dépenses fixes
  • Dépenses variables
  • Dépenses exceptionnelles

Comme je l’ai évoqué plus haut, ouvrez plusieurs comptes bancaires pour ventiler vos dépenses. Le mieux est de disposer d’un compte courant dans une néobanque telle que:

  • Revolut
  • Monese
  • Lydia
  • Bunq
  • N26

Ces 5 néobanques vous offrent toutes la possibilité de créer des sous-comptes et d’avoir une ou plusieurs cartes virtuelles. Si la formule que vous avez choisie vous le permet, vous pouvez même créer un sous-compte pour chacun des postes de votre budget !

La méthode 50/30/20

Mais la méthode que je vous recommande est une répartition selon la technique 50/30/20.
Cette méthode, inventée par une sénatrice américaine, consiste à répartir son budget en 3 postes principaux : 50% pour les besoins, 30% pour les envies, et 20% pour les loisirs ( ou l’épargne)

On va remplacer les « besoins » par les dépenses fixes, comme vu plus haut, les 30% vont correspondre aux dépenses variables et les 20% à l’épargne et aux dépenses exceptionnelles.

Les dépenses fixes regroupent toutes les dépenses qui reviennent chaque mois et auxquelles on ne peut échapper : loyer, remboursement de prêt, assurances, impôts, factures d’energie, internet etc.
Les dépenses variables correspondent aux dépenses que l’on peut réduire ou décaler dans le temps et qui ont un montant qui varie comme leur nom l’indique : alimentation, habillement, essence, loisirs, etc.

Enfin, les dépenses exceptionnelles sont par nature ponctuelles. Ce sont : les frais de réparation pour la voiture, l’ameublement, les frais medicaux, les cadeaux, la taxe fonciere, les charges de co-propriété et toutes les dépenses annuelles ou semestrielles en général.

Faîtes le total des sommes allouées aux dépenses fixes , puis celles des dépenses variables, et enfin celles des dépenses exceptionnelles. Dans l’idéal, vous devez chercher à atteindre les pourcentages cités juste au dessus. Mais c’est un objectif à atteindre, pas un impératif immédiat !

Les pourcentages sont à calculer sur les revenus et non pas sur les dépenses totales.
Exemple :

Vous gagnez 1640€ mensuels. Voici la répartition idéale :

  • La part des dépenses fixes sera de : 1640 X 50/100 = 820€
  • la part des dépenses variables sera de : 1640 X 30/100 = 492€
  • la part des dépenses exceptionnelles sera de: 1640 X 20/100 = 328€

Peut-être qu’en faisant vos calculs, vous arriverez à des résultats plutôt de : 70/25/5 ou quelque chose d’assez approchant, ce n’est pas grave, essayez de réduire vos dépenses pour les rééquilibrer et arriver d’ici quelques mois à ces fameux 50/30/20.

Je vous conseille malgré tout de réduire au maximum la part des dépenses variables et exceptionnelles si vous le pouvez de manière à vous dégager une capacité d’épargne. Par exemple, plutôt que de dépenser la totalité des 1640€, tablez sur 1558€ et mettez chaque mois dès le virement de votre salaire ou de votre revenu, 5% de côté soit 82€.
Moins vous aurez de dépenses futiles, plus vous pourrez mobiliser d’argent pour l’épargne.

Envies vs besoins

Apprenez à bien faire la distinction entre « envies » et « besoins » : une envie vise à la gratification immédiate, alors qu’un besoin est quelque chose de nécessaire, dont on ne peut pas faire l’économie.

Par exemple, si vous devez passer prochainement un entretien d’embauche pour un poste de cadre dans une banque, avoir un costume-cravate est nécessaire si vous n’en avez pas encore. Donc, c’est un besoin. Mais acheter la dernière Xbox pour jouer aux jeux vidéo, est une envie. Si votre voiture tombe en panne alors que vous habitez dans une zone mal desservie par les transports en commun, la faire réparer est un besoin, alors que si vous habitez à Paris ou dans une grande ville, ça n’aura rien d’urgent.

Si vous êtes du genre à faire flamber la carte visa en allant faire du shopping, voici une technique pour ne plus faire d’achats impulsifs : au moment où acheter ce super produit vous démange, décidez plutôt de reporter son achat à dans 10 jours. Si, 10 jours plus tard, l’envie d’acheter s’est dissipée, c’est que c’etait une envie. Donc vous venez d’éviter une dépense inutile !

Une formation pour aller plus loin

J’ai bien conscience que les conseils que je vous donne ici peuvent ne pas suffire pour certaines personnes qui ont des problèmes financiers plus profonds, par exemple si vous avez des dettes à rembourser. C’est pourquoi je vous recommande de suivre une excellente formation pour retrouver des finances personnelles « en or » crée par Alexandre de succesdigital.fr

Il a inventé la méthode AFPO pour « système automatique de finances personnelles en or » et la méthode 3IFC et, combinées, ces deux méthodes vont vous permettre de vous remettre sur de bons rails et de financer tous vos projets.

Rendez-vous ici pour retrouver des Finances personnelles en or

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *